French Journal For Media Research

Daniela Roventa-Frumusani

Introduction. Populisme et medias anciens et nouveaux
Le Populist Turn dans les démocraties occidentales et les démocraties postcommunistes émergeantes

Full text

Le populisme-idéologie et style de communication

1Au tournant du nouveau millénaire, Cas Mudde (2004) a fait valoir que le succès croissant des partis populistes avait déclenché l'émergence d'un «Zeitgeist populiste» en Europe occidentale, un développement consistant en l'adoption croissante de messages populistes par les partis et politiciens traditionnels. En fait, presque toutes les démocraties libérales sont affectées par une sorte de populisme, soit dans le style discursif (Jagers et Walgrave 2007, Mudde 2007, Moffitt 2016, Herkman 2015, Ruth Wodak 2018 etc.) soit comme une `` idéologie mince '' (Mudde & Kaltwasser 2013 ; Stanley 2008).

2De nos jours, le populisme est souvent considéré comme contagieux (par exemple, Bale et al.2010). Mudde (2004: 563; 2016: 54) lui-même explique cette contagion au niveau de la communication politique: «Alors que les partis politiques traditionnels ne peuvent pas imiter les partis populistes dans leurs politiques, les politiciens traditionnels imitent les politiciens populistes dans leur rhétorique, et pas seulement pendant les campagnes électorales ».

3Aalberg et De Vreese (2016) ont souligné l'absence de «connaissances systématiques» sur les questions liées «aux acteurs populistes en tant que communicateurs, au rôle des médias et à l'impact des stratégies de communication populiste sur les citoyens», même si la synthèse sur le Zeitgeist populiste a été élaborée par Mudde (2004) il y a plus d'une décennie.

4Le communisme et le fascisme flirtaient avec le populisme, en particulier pendant leurs phases de mouvement, dans le but de générer un soutien de masse. Essentiellement, cependant, les deux devraient être considérés comme des idéologies et des régimes élitistes plutôt que populistes. Cela est particulièrement évident dans le cas du fascisme, qui dans ses différentes variétés exalte le leader (Führer), la race (dans le national-socialisme) ou l'État (le fascisme) plutôt que le peuple (Mudde & Kaltwasser 2017:33).

5Dans l'ère de l'après-guerre II, l’Europe de l'Est était sous le contrôle des régimes communistes, qui échangeaient un dirigeant fort (Staline) contre une bureaucratie forte inefficace, tandis que l'Europe de l'Ouest reconstruisait ses démocraties sur la base d'une modération idéologique, effrayée par le fascisme et le communisme.

6Ce n'est qu'à la fin des années 90 que le populisme est devenu une force politique pertinente en Europe. En réponse aux frustrations suscitées par les effets des transformations anciennes et récentes de la politique et de la société européennes, telles que l'intégration européenne et l'immigration, des partis populistes de droite radicale sont apparus à travers le continent, mais avec différents niveaux de réussite électorale et politique. Ces partis combinent le populisme avec deux autres idéologies : l'autoritarisme et le nativisme (Mudde & Kaltwasser 2017 :34).

7Alors que les sociétés post-communistes se débattaient à travers les changements de la double transition (économique et politique) - et dans certains cas, même une troisième transition nationale, alors que de nouveaux États se formaient - de nouveaux acteurs populistes tentaient de tirer parti du mécontentement politique croissant avec un discours sur «la révolution volée». Ils accusaient les nouvelles élites démocratiques de faire partie de l'ancienne élite communiste ou en cahots avec eux. Par conséquent, ils ont appelé à une nouvelle «vraie» révolution pour évincer l'élite post-communiste corrompue.

8Tout au début, le populisme reste principalement de droite en Europe, mais la crise des années 2008-2010 a donné un nouvel élan au populisme de gauche. En Grèce, la crise économique a convaincu les groupes de gauche radicale de se rassembler dans la nouvelle Coalition populiste de gauche de la gauche radicale (Syriza), tandis qu'en Espagne, les protestations des Indignados (Indignés) ont fait place à la naissance d'un nouveau parti Podemos

9Si la personnalisation est considérée comme une tendance générale de la politique contemporaine, le populisme n'échappe non plus à cette règle (Mudde & Kaltwasser 2017 :77).

10Par conséquent, en s'appuyant sur l'observation pertinente de Paul Taggart, le populisme peut être considéré comme « de la politique pour les gens ordinaires menée par des dirigeants extraordinaires qui construisent des profils ordinaires ». (Mudde & Kaltwasser 2017: 78).

Le populisme et la démocratie revisités

11La complexité de la relation entre le populisme et la démocratie se reflète dans la théorie et la pratique. En essence, le populisme n'est pas contre la démocratie ; il est plutôt contraire à la démocratie libérale.

12Le populisme défend fortement la souveraineté populaire et la règle de la majorité, mais s'oppose aux droits des minorités et au pluralisme. Le populisme au pouvoir a conduit à des processus de dé-démocratisation (par exemple Orbán en Hongrie ou Chávez au Venezuela) et, dans certains cas extrêmes, même à l'effondrement du régime démocratique (par exemple Fujimori au Pérou) Mudde & Kaltwasser 2017 : 96. Pour Mudde le populisme est parfois un correctif de la démocratie vu qu’il permet la mobilisation générale du peuple, mais aussi une menace pour la démocratie par la suprématie du leader charismatique (trop souvent autoritaire).

13Les acteurs qui servent et disséminent les populismes de manière efficace sont (1) les acteurs politiques traditionnels, (2) les institutions spécialisées dans la protection des droits fondamentaux, (3) les médias et (4) les institutions supranationales ( Mudde & Kaltwasser 2017: 113). Les médias ont joué et jouent un rôle important dans le succès des forces populistes (le succès de Tea Party en Amérique ou le populisme médiatique de Berlusconi et Forza Italia).

14Dans le contexte actuel de succès croissant des partis populistes, de la généralisation des médias sociaux et du phénomène de personnalisation de la politique, la littérature existante n'a pas cherché à savoir si la communication politique des dirigeants des partis populistes et non populistes connaît un processus d'homogénéisation ou de différenciation. De manière significative, ce point semble crucial pour évaluer si un Zeitgeist populiste imprègne réellement la communication des dirigeants politiques, qui sont sans doute les acteurs les plus influents et les plus visibles de la politique des partis contemporains (Garzia 2014, Zulianello et al, 2018).

15La politique Web 2.0 avec des plateformes telles que Facebook et Twitter constitue un terrain riche pour les discours populistes car ils permettent aux politiciens de construire des stratégies spécifiques sans les contraintes des canaux de communication traditionnels.

16Le `` Zeitgeist populiste '' a commencé à être testé sur des bases empiriques en adoptant une large perspective comparative et en se concentrant sur la dimension cruciale de son évaluation : les stratégies de communication des acteurs politiques (Herkman 2015, Zulianello et al, 2018: 440). ).

Le populisme dans l’Europe centrale et orientale

17Il existe déjà une multitude d'analyses des «réponses» des partis traditionnels imaginés au succès électoral des partis populistes (Bale, 2003 ; Monton, 2013; Mudde 2007; Rooduijn, 2014, Van Spanje 2010, entre autres). , principalement axé sur l'Europe occidentale et le populisme de droite ainsi que sur le populisme économique plus qu'idéologique. C’est pourquoi il nous semble pertinent et légitime d’analyser l’évolution du populisme dans l’espace postcommuniste aussi.

18Dans la plupart des pays d'Europe centrale et orientale, le populisme est loin d'être une force électorale décisive, bien qu'il puisse être important. « En République tchèque, en Estonie, en Roumanie et en Slovénie, les partis populistes sont décidément mineurs en force et périphériques aux systèmes de partis» (Stanley 2017 : 158), à une exception près, la Hongrie.

19Si les analystes populistes distinguent plusieurs types de populisme : i) celui idéationnel, centré sur le contenu idéologique (Mudde 2017); ii) une approche stratégique politique (Kurt Weyland 2017) et iii) une approche socioculturelle (Pierre Ostiguy 2017), il existe également des perspectives complémentaires qui combinent les idées et les stratégies de discours. Dans cette perspective le populisme peut être compris comme la manifestation discursive d’une idéologie mince thin ideology centrée sur un ensemble d'hypothèses de base sur le monde exprimées par une rhétorique des oppositions et hyperboles (Hawkins, Riding et Mudde 2012, de Vreese et al 2018).

20Certains chercheurs (Shafir 2007, Pirvulescu 2018) considèrent que dans la plupart des pays d'Europe de l'Est post-communiste apparaît un clivage entre national-communiste et nationalistes traditionnels mais aussi entre néo-populiste (pour des motifs ethniques ou religieux) et un paradoxal «capitalisme-communiste» pro -Orientation à l'ouest (ex-communistes prônant le capitalisme libéral et l'intégration en Europe). Ce «syncrétisme du néo-communisme, du nationalisme traditionnel et du populisme, crée un mouvement opposé aux courants libéraux ou aux social-démocraties» (Pirvulescu 2018 : 5).

Conclusion

21Système pragmatico-discursif (Jagers & Walgrave, 2007), utilisé en égale mesure par les leaders des partis populistes et mainstream ( Gherghina & Soare, 2013), le populisme roumain a beaucoup des caractéristiques du populisme européen (centration sur le peuple, philosophie anti establishment, vision manichéenne de la société mais aussi des particularités telles l’ambivalence droite-gauche, la composante religieuse réactionnaire et l’absence de l’islamophobie (Corbu et alii 2017 :336).

22Les leaders populistes ainsi que les leaders des partis mainstream font massivement appel aux discours populistes –prégnants et simplificateurs, spectaculaires et interpellants en utilisant beaucoup de mythes et symboles aux connotations messianiques ou nationalistes.

23Ce qui est à remarquer c’est la continuité du discours populiste dans l’absence de forts partis populistes et la contribution des medias classiques et nouveaux dans la dissémination de ce type de discours, phénomène qui exigerait une analyse approfondie.

24Les recherches du présent numéro mettent en évidence les ressources idéologiques et rhétoriques du discours populiste postcommuniste plus précisément la rhétorique du populisme en Bulgarie post communiste au niveau individuel, collectif (des partis), institutionnel national et transnational (Mavrodieva) , la corrélation thématique-rhétorique entre l’agriculture et l’idéologie/stratégie populiste durant la campagne europarlementaire de mai 2019 en Roumanie (Marinescu), la conceptualisation du populisme en termes idéologiques plutôt que stylistiques-discursifs (Momoc), les traits marquants du leadership populiste (Păuş), le rôle des réseaux sociaux dans la reconfiguration de l’espace public ( l’étude des cas sur les protestations bulgares de 2013 et 2018 de Raycheva, Tomov et Velinova), les ressources stratégiques du discours populiste postcommuniste en diachronie (Rovenţa-Frumuşani et Stefănel), les types de populisme parlementaire en Roumanie (Ruxăndoiu), le lien entre les mouvements sociaux et l'émergence des populismes à partir de l’analyse du mouvement « Les Gilets Jaunes » et de la déclinaison populisme du peuple et populisme patrimonial , ainsi que du sens de la crise en France dans le contexte plus large du néolibéralisme et de la mondialisation (Stoiciu).

25Les analyses du présent recueil d’articles consolident les conclusions de bon nombre de recherches récentes concernant le fort besoin d'une perspective de communication populiste comparative, systématique et globale qui nous emmène au-delà de la particularité des études de cas (De Vreese et al. 2018: 427). Lorsque les leaders et les partis autoritaires-populistes gagnent du terrain (Trump, Brexit etc), on doit étudier et comprendre les racines des discours populistes dans ce contexte global de cultural backlash (P Norris et R Inglehart 2019) ; le populisme continue de représenter un fort potentiel d’alerte pour des gouvernements peu responsables, mais aussi de menace pour les institutions de la démocratie libérale et de la culture politique qui sous-tend la démocratie (cf.aussi Mudde & Kaltwasser, 2012).

Bibliographie

Aalberg, Toril, Frank Esser, Carsten Reinemann, Jesper Strömbäck, and Claes H. de Vreese, eds. (2017). Populist Political Communication in Europe. New York: Routledge

Bale,Tim/ van Kessel, Stijn/ Taggart, Paul 2010. Thrown around with abandon? Popular understandings of populism as conveyed by the print media: A UK case study. In Acta Politica Vol. 46, 2, 111–131

BOOK OF ABSTRACTS (5th Estidia Conference) DOI:10.17613/jy6g-1z22).

Corbu, Nicoleta/Balaban,Delia/ Negrea-Busuioc, Elena 2017. Romania: Populist Ideology without Teeth. In Aalberg, Toril/ Esser, Frank/Reinemann, Carsten/Strömbäck, Jesper/de Vreese, Claes H. (eds.) Populist Political Communication in Europe. New York: Routledge, 326-338.

Garzia, Diego. 2014. Personalization of Politics and Electoral Change. Basingstoke: Palgrave

Macmillan.

Gherghina,Sergiu/ Sergiu Mişcoiu/ Soare, Sorina (eds.) 2013. Contemporary Populism : a controversial concept and its diverse forms, Newcastle: Cambridge Scholars Publishing

Hawkins K,Riding S, Mudde Cas 2012 Measuring Populist Attitudes in Political Concepts Committee on Concepts and Methods Working Paper Series

Herkman, Juha 2016. Construction of Populism. Meanings Given to Populism in the Nordic Press. Nordicom Review, 37(special issue): 147-161. doi:10.1515/nor-2016-0029.

Jagers, Jan, Walgrave, Stefaan ( 2007). Populism as political communication style: An empirical study of political parties' discourse in Belgium. European Journal of Political Research, vol. 46 (3), pp. 319-345.

Kaltwasser Cristóbal Rovira and Paul Taggart. 2015. ‘Dealing with populists in government: A framework for analysis. Democratization23 (2): 201–220.

Moffitt, Benjamin (2016). The Global Rise of Populism: Performance, Political Style and Representation, Stanford University Press

Mudde Cas (2004), “The Populist Zeitgeist”, Government and Opposition, (39)4: 541-563. doi:10.1111/j.1477-7053.2004.00135.x.

Mudde Cas (2007), Populist Radical Right Parties in Europe, Cambridge: Cambridge University Press.

Mudde Cas (eds.) (2016), The Populist Radical Right: A Reader, London: Routledge.

Mudde, Cas. 2016. On Extremism and Democracy. Abingdon: Routledge.

Mudde, Cas 2017 Populism: an Ideational Approach. In Rovira Kaltwasser,Cristobal /Paul Taggart/ Paulina Ochoa Espejo/ Pierre Ostiguy The Oxford Handbook of Populism. Oxford University Press, 27-48.

Mudde Cas. and Cristobal Rovira Kaltwasser (2012), “Populism: corrective and threat to democracy”, Mudde, Cas & Kaltwasser, Cristóbal Rovira (eds.) Populism in Europe and the Americas, Cambridge University Press, pp.205-222

Mudde C. and C. R. Kaltwasser (2017), Populism: A Very Short Introduction, Oxford: Oxford University Press

Norris, Pippa; Inglehart, Roland 2019. Cultural Backlash: Trump, Brexit, and the Rise of Authoritarian-Populism. Cambridge University Press

Ostiguy, Pierre 2017. Populism: A Socio-cultural Approach. In Rovira Kaltwasser,Cristobal /Paul Taggart/ Paulina Ochoa Espejo/ Pierre Ostiguy The Oxford Handbook of Populism. Oxford University Press, 73-100.

Pirvulescu, Cristian 2018.What About Populism? Is the Populism a “Thin” Ideology or a Neutral Political Instrument?Contributo selezionato da Filodiritto tra quelli pubblicati nei Proceedings “4th ACADEMOS Conference 2017”

https://www.filodiritto.com/articoli/pdf/2018/03/what-about-populism-is-the-populism-a-thin-ideology-or-a-neutral-political-instrument.html?_id8

Rooduijn, Matthijs Sarah L de Lange and Wouter van der Brug 2014 A populist Zeitgeist? Programmatic contagion by populist parties in Western Europe Party Politics vol 20(4) pp.563-575

Shafir, Michael 2007 Vox Populi,Vox Dei and the (Head)Master’s Voice: Mass and Intellectual Neo-Populism in Contemporary Romania. In Nekvapil, Václav/Staszkiewicz, Maria (eds.) Populism in Central Europe. Prague:AMO Asociace Pro Mezinárodni Otázky, Association for International Affairs, 81–108

Stanley Ben 2008 The thin ideology of Populism. Journal of Political Ideologies Volume 13, issue 1, pp 95-110.

Stanley, Ben (2017) Populism in central and eastern Europe, The Oxford Handbook of Populism (ed. by Rovira Kaltwasser,Cristobal,.,Paul Taggart, Paulina Ochoa Espejo and Pierre Ostigny), Oxford University Press, pp 140-161.

Van Spanje Joost 2010Contagious Parties: Anti-Immigration Parties and Their Impact on Other Parties’ Immigration Stances in Contemporary Western Europe Party Politics VOL 16. No.5 pp. 563–586

De Vreese Claes Frank Esser Toril Aalberg Carsten Reinemann and James Stanyer (2018) Populism as an Expression of Political Communication Content and Style:A New Perspective The International Journal of Press Politics vol 23(4)),423-438

Weyland Kurt (2017) “Populism: A Political Strategic Approach” The Oxford Handbook of Populism (ed. by Rovira Kaltwasser,Cristobal,.,Paul Taggart, Paulina Ochoa Espejo and Pierre Ostigny), Oxford University Press, pp 48-73.

Wodak Ruth 2015 The politics of fear: What right wing populist discourses mean London, Sage

Zulianello Mattia , Alessandro Albertini , and Diego Ceccobelli (2018) “A Populist Zeitgeist? The Communication Strategies of Western and Latin American Political Leaders on Facebook” The International Journal of Press/Politics, Vol. 23(4) 439–457

To quote this document

Daniela Roventa-Frumusani, «Introduction. Populisme et medias anciens et nouveaux», French Journal For Media Research [online], Full texts/Numéros en texte intégral, 14/2020 Populism and New/Old Media, last update the : 06/04/2020, URL : http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main/index.php?id=2070.

Quelques mots à propos de :  Daniela Roventa-Frumusani

Daniela Roventa-Frumusani

Professeure émérite

University of Bucharest

Faculty of Journalism and Comunication Sciences

danifrumusani@yahoo.com

 

 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.