French Journal for Media Research

Alexandre Eyries
Françoise Poyet (2015), Technologies numérique et formation. Freins et leviers

1Françoise Poyet (2015), Technologies numérique et formation. Freins et leviers, Paris, Editions l’Harmattan


Dans un ouvrage passionnant – organisé en quatre chapitres  et découlant d’une Habilitation à Diriger les Recherches en Sciences de l’Education – publié chez l’Harmattan en novembre 2015, Françoise Poyet  – Maître de Conférences HDR à l’ÉSPÉ de Lyon 1 –  propose à la fois un retour d’expérience et une réflexion au long cours sur l’insertion des technologies numériques dans le système éducatif et les processus d’enseignement.

Je proposerai d’abord un aperçu général de cet ouvrage en en présentant les principales caractéristiques. Dans le premier chapitre, Françoise Poyet présente l’approche historico-théorique à partir de laquelle elle analyse les usages pédagogiques des Technologies de l’Information et de la Communication. Elle redéfinit le concept d’usage et propose une synthèse des recherches menées sur ce domaine.  Dans le second chapitre, l’auteur analyse les freins et les leviers entrant en considération dans le développement des usages pédagogiques des TIC. Elle définit le concept de « charge mentale » dont la valeur heuristique permet de saisir les processus à l’œuvre lors de l’utilisation éducative d’outils technologiques. Dans le chapitre 3, elle étudie les freins et les leviers qui interviennent dans l’appropriation des TIC. Elle s’intéresse également à l’évolution des compétences des formateurs de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Martinique. Dans le chapitre 4, la chercheuse dresse le bilan de plusieurs années de recherche sur les rapports entre technologies numériques et éducation et elle propose de nouvelles perspectives pour comprendre l’essor des usages des TIC dans des situations éducatives.

Dans la préface de l’ouvrage, Daniel Peraya – Professeur honoraire de Psychologie et Sciences de l’Education à l’Université de Genève – écrit qu’ « en tant que chercheuse, l’auteure poursuit un fil rouge, avec des détours, des hésitations, des itérations, mais aussi avec ses enthousiasmes et ses propositions 1 ».  Retraçant un long parcours, l’auteur réussit le pari de la vulgarisation sans tomber dans l’écueil de la simplification à outrance.

L’ouvrage de Françoise Poyet pose des questions très actuelles qui interrogent l’omniprésence du numérique dans notre vie quotidienne et les mutations qu’engendrent ces « technologies dans les modes de production, de diffusion, de transmission et d’appropriation des connaissance mais aussi dans les formes de médiatisation des apprentissages 2 ».

Dans l’introduction Françoise Poyet contextualise le propos de ce livre et explique qu’il prend sa source dans le constat édifiant que si les technologies numériques sont dominantes dans notre vie et saturent la moindre de nos activités, elles ne sont pas aussi exploitées qu’elles pourraient l’être. L’Habilitation à Diriger les Recherches – dont ce livre découle en grande partie – entend combler cette lacune.
Le premier chapitre appréhende la question des ancrages théoriques nécessaires à une analyse des usages pédagogiques des TIC dans le cadre d’activités de formation. L’auteur prend le soin de définir les concepts d’éducation et de formation et d’en souligner les principales caractéristiques et les différences. L’auteur rappelle que « si l’éducation semble actuellement faire référence à la formation continue, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a quarante ou cinquante ans la formation professionnelle était nommée "éducation technique" 3 ».  La séparation entre éducation et formation s’est accentuée avec le temps et le terme d’éducation a fini par être synonyme de formation initiale tandis que celui de formation au désigne la formation continue des adultes.
Dans le second chapitre, Françoise Poyet explique que les avancées technologiques actuelles « permettent aux réalisateurs d’outils ou de dispositifs recourant aux TIC d’intégrer plus facilement qu’auparavant des messages pédagogiques auditifs et visuels 4 ». A partir du concept de "charge mentale", l’auteur explique que l’usage des technologies numériques à des fins éducatives dépend en grande partie des limites des possibilités de traitement de l’information. La transmission de contenus pédagogiques échoue parfois quand les processus cognitifs liés à l’usage des TIC conduisent à un effet de saturation mentale.
Dans le quatrième chapitre l’auteur dresse le bilan de ses années de recherche en Sciences de l’Education autour de la question des technologies numériques dans la formation. Elle explique que s’intéresser à la construction des usages c’est surtout prendre en compte simultanément les facteurs contribuant à l’utilisabilité du dispositif et « à son acceptabilité, c’est-à-dire qu’il soit acceptable, à la fois, au plan pratique et socialement par les différents acteurs (élèves, enseignants, institution, société)5 ». Fort justement, la chercheuse établit une corrélation entre l’intégration pédagogique des TIC et la professionnalisation des enseignants. Les enseignants voient ainsi considérablement augmenter en amont leurs activités de préparation, de conception et d’ingénierie éducative.
Dans la vivifiante conclusion de son ouvrage, l’auteur rappelle qu’il ne s’agit plus pour l’humain d’accepter la technologie, mais de vivre une relation intime, symbiotique, fusionnelle. En matière d’intégration pédagogique des TIC, Françoise Poyet affirme que les enseignants se forment en partie grâce au soutien des communautés de pratique dans lesquelles ils s’insèrent et ils s’appuient sur ces réseaux pour construire des pratiques nouvelles en mutualisant des ressources et en partageant des expériences professionnelles. Cet ouvrage ouvre de multiples perspectives et pose des questions  importantes qui ne manqueront pas d’intéresser toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’usage pédagogique des dispositifs sociotechniques numériques.


Alexandre Eyries
Université de BourgogneCIMEOS / 3S

Notes

1  Daniel Peraya, Préface dans Françoise Poyet,  Technologies numériques et formation. Freins et leviers, Paris, L’Harmattan : collection "Enfance, éducation et société", novembre 2015, p 10.

2  Daniel Peraya, Préface dans Françoise Poyet,  Technologies numériques et formation. Freins et leviers, Paris, L’Harmattan : collection "Enfance, éducation et société", novembre 2015, p 15.

3  Françoise Poyet,  Technologies numériques et formation. Freins et leviers, Paris, L’Harmattan : collection "Enfance, éducation et société", novembre 2015, p 34.

4  Françoise Poyet,  Technologies numériques et formation. Freins et leviers, Paris, L’Harmattan : collection "Enfance, éducation et société", novembre 2015, p 67.

5  Françoise Poyet,  Technologies numériques et formation. Freins et leviers, Paris, L’Harmattan : collection "Enfance, éducation et société", novembre 2015, p 145.

Pour citer ce document

, «Alexandre Eyries», French Journal for Media Research [en ligne], Full texts/Numéros en texte intégral, 5/2016 - Narratives of the Crisis/Récits de crise, NOTES DE LECTURE/BOOK REVIEW, mis à jour le : 18/01/2016, URL : http://frenchjournalformediaresearch.com/index.php?id=864.